11 novembre 2015

Actualités

Le 11 novembre 1915, il y a cent ans, la France, l’Europe et une partie du monde sont engagées depuis près de quinze mois dans ce qui allait devenir la Première Guerre mondiale.

Les combats s’intensifient dans nos territoires, en Champagne, en Artois, dans les Vosges, mais aussi sur le front d’Orient : l’année 1915 sera la plus meurtrière de tout le conflit.

Au cours de l’année 1916, la France va connaître deux batailles qui marqueront à jamais ses paysages et les familles de millions de soldats : à Verdun où sont tombés des combattants français venus de métropole, d’Outre-mer et des anciennes colonies, le chiffre des pertes françaises et allemandes s’élève à 700 000 ; dans la Somme où les pertes atteignent le million, des Africains du Sud, des Australiens, des Britanniques, des Canadiens, des Irlandais et des Néo-Zélandais se battent aux côtés des soldats de notre armée.

En 2016, le souvenir de ces combats réunira tous les pays qui ont pris part à cette guerre que l’histoire a retenue comme étant la « Grande Guerre ». Les cérémonies commémoratives, le 29 mai à Verdun dans la Meuse, le 1er juillet à Thiepval dans la Somme, seront l’occasion d’inviter chacune et chacun à mesurer à quels extrêmes le nationalisme a conduit l’Europe et à se replonger dans ses souvenirs familiaux. Cet hommage exceptionnel doit trouver un relais dans l’ensemble de nos territoires et les maires seront invités à organiser le 29 mai une cérémonie dans leurs communes.

Cet hommage aux combattants de la Grande Guerre ne date pas d’aujourd’hui. Le 8 avril 1915, une loi crée une nouvelle décoration militaire destinée à saluer les combattants, français ou étrangers, dont le comportement au combat, à titre individuel ou collectif, mérite d’être cité en exemple : la Croix de guerre 1914-1918 est remise à des combattants et à des communes. Devenue la Croix de guerre 1939-1945 puis la Croix de la valeur militaire en 1956, elle distingue les militaires – et, depuis peu, les civils – ayant accompli des actions d’éclats pendant des guerres, des missions ou des opérations extérieures.

Ces décorations sont un lien intergénérationnel indélébile qui regroupe toutes celles et tous ceux qui ont fait la démonstration de leur courage, de leur sens du devoir et de leur esprit de sacrifice de 1915 à nos jours. Certains d’entre eux en restent marqués dans leur chair ; d’autres ont leur nom inscrit sur les monuments aux morts, devant lesquels la Nation toute entière se recueille aujourd’hui.

Tous les « morts pour la France », hier dans la Grande Guerre, dans la Seconde Guerre mondiale, dans les guerres de décolonisation, aujourd’hui dans les opérations extérieures sont désormais réunis dans le souvenir et dans l’hommage de la Nation. Ne pas les oublier, et transmettre le message mémoriel aux jeunes générations est notre devoir et relève de notre responsabilité collective.

 

Commémoration de la Victoire et de la Paix

Hommage à tous les « morts pour la France »

— Jean-Marc Todeschini,

Secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire

 

 

Le lundi 26 janvier 2015, un drame d'une rare violence a eu lieu sur la base aérienne d'Albacete en Espagne, sur laquelle se déroulait le stage multinational Tactical Leadership Program (TLP). Un avion F16 grec s'est écrasé sur un des parkings de la base ou étaient stationnés des aéronefs, prêts à décoller  et du personnel de nationalités différentes.

Neuf militaires français y ont perdu la vie.

Ce jour maudit,  le Capitaine Arnaud Poignant fait partie des victimes, arraché ainsi brutalement à sa famille,  à sa compagne Marion, à ses proches, à ses amis.

Choisi parmi les meilleurs aviateurs  français pour participer à cette mission, il se préparait à partir en opération extérieure au Niger à l'été 2015.

A travers  l'hommage qui lui est rendu aujourd'hui, nous honorons aussi la mémoire de ses huit frères et soeur  d'armes, morts ensemble pour le service de la France.

Né le 5 juillet 1988 à Paris , Le capitaine Arnaud Poignant habitait  Longpont sur Orge,  avec sa famille, depuis 1991.

Pendant ses études d'ingéniéur en aéronautique,  il devient Brigadier de réserve de l'armée de terre au 12 ème régiment de cuirassiers à Olivet ou il est reconnu par ses camarades pour son caractère volontaire, courageux et humain.

Il intègre l'armée de l'air le 26 août 2012 et  commence sa formation au sein de l'école de l'air de Salon de Provence sur la base aérienne  BA 701 .

Il est successivement promu aspirant en août 2012 et sous-lieutenant en août 2013.

Sorti officier mécanicien ,  il rejoint les  Mirages  2000 D de la  Base aérienne  de NANCY-OCHEY en septembre 2013 et est affecté à l'escadron de soutien technique  aéronautique 2E003 "Malzéville".Dès son arrivée , lors de sa phase de parrainage , il fait preuve de qualités manifestes ,  met en avant ses facultés avérées  pour appréhender les différentes questions techniques et devient rapidement un chef apprécié.

IL est  nommé lieutenant le 01 août 2014.

Le 26 janvier 2015 ,  il est promu Capitaine.

Le lundi 02 février 2015, sur  la base aérienne BA 133, il se voit décerner, par le Chef d'Etat major de l'Armée de l'air, la médaille de l'aéronautique et une citation sans croix à l'ordre de l'armée aérienne comportant l'attribution de la médaille d'or de la défense nationale avec palme de bronze.  

 Le mardi 03 février 2015, lors de  l'hommage national aux  Invalides,  il est nommé Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'Honneur,  par Mr François Hollande,  Président de la République.

Agé de 26 ans , promis à une belle carrière,  il est mort dans l'accomplissement de sa mission au service de la Nation.

Que cet hommage reste gravé dans les mémoires tout comme le nom d'Arnaud sur le momument aux morts de la commune.

Le conseil municipal et la commune de Longpont sur Orge partagent  la douleur de sa famille,  de sa compagne, de ses proches  et de ses frères d'armes.

 

 

Capitaine Arnaud Poignant

Né le 5 juillet 1988 à Paris, le capitaine Arnaud Poignant intègre l’armée de l’air le 26 août 2012. Il commence par suivre sa formation au sein de l’École de l’air, sur la base aérienne

(BA) 701 de Salon-de-Provence. Il est successivement promu aspirant en août 2012 et souslieutenant en août 2013.

Officier mécanicien, il rejoint les Mirage 2000D de la BA 133 de Nancy-Ochey en septembre 2013 et est affecté à l’escadron de soutien technique aéronautique 2E003 « Malzéville ». Dès son arrivée, lors de sa phase de parrainage, il fait preuve de qualités manifestes et met en avant ses facultés avérées pour appréhender les différentes questions techniques. Il est nommé lieutenant le 1er août 2014.

Le 26 janvier 2015, il est promu capitaine. Il se voit nommé Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur et se voit décerner la médaille de l’aéronautique et une citation sans croix à l’ordre de l’armée aérienne comportant l’attribution de la médaille d’or de la défense nationale avec palme de bronze.

Le capitaine Poignant avait une compagne et n’avait pas enfant.

Âgé de 26 ans, il est mort dans l’accomplissement de sa mission au service de la Nation.

L’armée de l’air partage la douleur de sa famille et de ses frères d’armes.